Le marché immobilier sur l’île de La Réunion

La Réunion a connu depuis les années 90 une hausse régulière des prix de l’immobilier :

  • hausse de la demande : croissance démographique constante (+200 000 personnes attendues d’ici 2030),
  • foncier limité : 40 % de l’île est constructible.

Le marché immobilier sur l’île de La Réunion

La Réunion est le premier site à choisir pour investir dans l’immobilier

marché immobilier la Réunion

Comme cela est expliqué dans Les avantages, l’île de La Réunion représente à elle seule une économie et une population équivalente à tous les DOM réunis (Martinique + Guadeloupe + Guyane).

La rareté des terrains constructibles sur l’île de La Réunion en font un emplacement de choix. De plus les prévisions de l’INSEE annoncent une forte croissance du nombre de ménages d’ici 2030 permettant la construction de nombreux nouveaux logements.

  Superficie Densité de population Prix au m²
La Réunion 2 512 km² 318 hab / km² 2 590 €/m² - 3 000 €/m²
La Guadeloupe 1 780 km² 123 hab / km² 2 690 €/m² - 2 990 €/m²
La Martinique 1 100 km² 200 hab / km² 2 980 €/m² - 3 200 €/m²

Plus la densité est élevée, plus la revente de votre bien est aisée.

Le prix moyen des appartements et des maisons

Il dépend beaucoup de la zone géographique. Voici un découpage de l’île de La Réunion en 4 zones.

  Zone Nord Zone Est Zone Sud Zone Ouest
Prix moyen des appartements 1 710 à 3 100 € 1 740 à 2 190 € 870 à 3 360 € 1 380 à 4 250 €
Prix moyen des maisons 1 908 à 3 263 € 1 733 à 2 458 € 1 254 à 2 780 € 1 070 à 3 733 €
Délai de vente 13 semaines 23 semaines 27 semaines 16 semaines

Un marché immobilier soutenu par les aménagements fiscaux

La loi Girardin, applicable depuis 2003, concernant les investissements locatifs des DOM-TOM a permis à l’île de La Réunion de développer son secteur immobilier.

La loi Girardin a fortement intéressé les habitants de l’Hexagone à venir dans l’île. Elle a également permis l’implantation de nombreux hôtels qui a ainsi soutenu le tourisme, premier vivier d’emploi de l’île avant l’exploitation de la canne à sucre. D’autres aménagements fiscaux ont également bénéficié à l’île.

Avant la loi Girardin, les maisons individuelles dans l’immobilier neuf représentaient 75 % des ventes. Depuis 2004 et l’arrivée de la loi Girardin, la proportion d’appartements neufs a fortement augmentée représentant plus de 45 % des ventes de logements neufs.

L’immobilier, un marché en pleine évolution

L’immobilier sur le département de La Réunion présente quelques disparités significatives par rapport à la moyenne nationale.
On trouve à La Réunion principalement de la maison individuelle (72 % contre 52 % pour la moyenne nationale), démontrant ainsi le retard pris dans la construction de programmes immobiliers d’appartements. La topographie de l’ile de La Réunion et la situation de surpeuplement observée, notamment dans le sud Ouest, vont orienter la construction vers l’habitat collectif.

Nombre d’habitant par logement supérieur
à la norme

La solidarité familiale jusque-là profondément ancrée dans les modes de vie réunionnais, est aujourd’hui en perte de vitesse. Les personnes âgées vivent majoritairement en couple, avec ou sans enfant. Néanmoins, depuis quelques années, elles vivent plus souvent seules.

immobilier la Réunion

Une situation de surpeuplement

18 % des ménages réunionnais vivent dans des logements trop petits pour eux, soit 46 500 ménages.

Un habitat vieillissant

Selon une enquête réalisée en 2006, l’habitat n’est pas souvent aux normes, et  selon les critères retenus par la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU), seulement 63 % des logements respecteraient ces normes.

Orientations probables du marché immobilier

  • Montée en puissance de l’habitat en appartements,
  • Pénurie de T2 et petit T3.

Analyse du marché locatif

Comme en France métropolitaine, la dépense de logement est la première dépense des ménages. Le marché locatif a connu récemment un léger début de pénurie de logements :

  • Baisse relative du volume de l’offre : baisse des mises en chantier de programmes immobiliers due à la crise de 2008 ;
  • Cette crise a également eu un impact baissier sur les loyers.

L’ensemble de ces éléments a eu pour conséquence :

  • réduction des durées moyennes de vacance locative à 6 semaines,
  • situation de tension locative par le début de pénurie.

Ceci pourrait avoir comme conséquence une hausse sur les futurs niveaux de loyers.